En ces sombres heures, alors que les plaies parisiennes cicatrisent à peine et que bien d’autres continuent à s’ouvrir un peu partout ailleurs et dans des circonstances toutes aussi dramatiques, j’ai acté de ma décision de rentrer en France à la fin de l’année : mon employeur et mon client sont tous deux informés, j’ai commencé à rechercher un appart’ sur Toulouse, et tout le monde commence à apprendre la nouvelle petit à petit.

La suite, c’est que dans six petites semaines, j’aurai le droit de refaire tout le parcours à l’envers, et donc, dans un ordre totalement arbitraire et certainement non chronologique, je vois les trois derniers jours comme ça :

  • je rends mon badge à mon client. Facile.
  • je révoque mon visa de travail au Japon. Apparemment facile : il suffit de le laisser à la douane de l’aéroport en partant. Mais à confirmer quand même, avant d’avoir besoin de s’expliquer dans le cadre d’une discussion asymétrique avec des douaniers japonais.
  • je solde mes taxes japonaises. Difficulté estimée entre « difficulté haute » et « aventure gravement galère ». Potentiel d’incompréhension, de frustration, et d’em…bêtement plutôt maximal.
  • je solde mon compte en banque japonais et mon contrat de téléphone. Ça devrait aller, mais comme pour les taxes, avec une éventualité « gros paquet de billets à laisser sur le comptoir avant de sortir » dans le second cas…
  • je fais des colis de tout ce dont je n’aurai pas besoin tout de suite en arrivant en France, et je les envoie par bateau à mon moi du futur, par un saut temporel qui va tourner autour des six semaines. Facile, mais il faudra juste pas se gourrer sur le contenu, pour éviter d’attendre les habits et objets qui vont bien pour débuter le retour en France.
  • et enfin, je boucle toutes mes valises pour refaire le voyage de mars dans l’autre sens. Plutôt facile, mais il faudra que ça rentre dans la franchise bagage, tout en n’oubliant pas de trouver de quoi emballer le vélo et de trouver de quoi l’amener à l’aéroport le jour du départ.

Bref, je me prépare, et j’ai hâte de tous vous retrouver !

Paix et amour sur vous tous !