Après un peu de recherche, j’étais resté avec le nom « Kazikore », mais je ne retrouvais rien avec ce nom-là… Quelques recherches plus tard, ma mémoire est maintenant à jour, il s’agit de « Kakizore », ne pas confondre ! Ça marche moins bien pour retrouver les infos !

Bon, donc, la vallée « Kakizore », c’était fin mai, il faisait plutôt beau, et c’est en compagnie de mes collègues Marie, David et Séb que nous sommes allés remonter cette vallée. Accès facile : train depuis Nagoya jusque Junikane 十二兼, un petit kilomètre à marcher le long de la rivière Kiso (oui, la même que celle que j’ai longé à vélo) et de la petite route nationale, et hop on y est.

Ça donne quand même un peu envie de se baigner

La vue depuis la gare ; ça donne quand même un peu envie de se baigner !

L’eau de la rivière Kiso est d’un bleu magnifique, et je crois que ce n’est pas pour rien que j’y retourné plusieurs fois.  Mais cela est un autre sujet ; nous, c’est un petit affluent, dans la vallée à l’ouest, que l’on remonte.

Alex

C’est beau, alors c’est instant photo

Assez rapidement, on arrive à un endroit où, d’après le dépliant de pub que j’avais récupéré je ne sais plus où (et que j’ai perdu depuis) et l’espèce de carte affichée à la gare, il y aurait des bains chauds. Mais pfff, rien de tout cela, même si c’est très joli.

David

David

Là, il faut continuer un peu plus, le chemin progresse et s’engorge petit à petit…

Faut avouer que ça a de la gueule

Faut avouer que ça a de la gueule

Faut avouer que ça a de la gueule (bis)

Faut avouer que ça a de la gueule (bis)

Et là, l’un des deux joyaux de la journée : en haut de l’escalier de la photo précédente, un point de vue sur une superbe cascade !

Faut avouer que ça a de la gueule (ter)

Faut avouer que ça a de la gueule !! (ter)

Ça fait plein de bruit, y’a de la brume, les couleurs sont très belles (même si pas bien rendues sur ma photo…), c’est très chouette ! Petite déception cependant : il semble totalement impossible de se rapprocher plus de la cascade, et c’est dommage car j’aurais bien été tenter la douche tahiti ! 😀

Pas de béton, pas de ligne électrique, enfin on se sent à la montagne

Pas de béton, pas de ligne électrique, enfin on se sent à la montagne

Le chemin – route forestière continue, de jolies fleurs s’offrent à nous, une autre cascade est également visible (mais j’ai pas de jolie photo), et c’est caaaaalme…

20150523_105055 DSC00833

Iris japonais

Envie de baignade...

Envie de baignade…

Il fait assez chaud, et l’eau continue à attiser mon envie de barboter. Mais, depuis la cascade, la rivière est très engorgée, et la route passe peut-être vingt à trente mètres au-dessus, impossible de descendre, alors on continue à marcher.

Passe devant, je te rattrape !

Peut-être on pourrait descendre au bord de la rivière de l’autre côté ? — OK ben passe devant, je te rattrape !

Midi sonne ses douzes coups, et la rivière devient enfin accessible, pile poil pour la pause déjeuner.

Rapide très joli

Rapide très joli, et dans lequel je me serais bien laissé glisser… si j’étais certain de pouvoir remonter une fois arrivé en bas !

J’aurai été le seul à me baigner. Sans doute les autres ont eu raison : le soleil avait commencé à se voiler, et en plus je peux pas vraiment dire que je l’ai trouvée très très chaude…

20150523_114907 DSC00862

Pour donner l’échelle. Y’a du dénivelé !

Sinon y’avait aussi quelques bestioles qui se baladaient dans les bois.

Ah ben non !

Un lombric ? Ah ben non !

20150523_145036 DSC00889

Pas facile à photographier celui-là

Et voilà, après une redescente et la photo-finish devant les toilettes publiques, retour à Nagoya. C’était pas une randonnée très technique, mais tout de même assez longue, je ne regrette pas le réveil à 6:30 !

Pause-pipi

Pause-pipi