Salut la compagnie ! Ici c’est toujours l’été, faisons ensemble un petit bilan météo. Désolé, je n’ai pas vraiment d’illustrations à fournir, car c’est pas facile de photographier le mauvais temps : l’envie manque, la qualité est difficile, bref je vous laisse aller voir dans les autres articles, y’en a quelques uns (passés et à venir) qui vous illustreront bien l’humidité ambiante.

Mais je m’égare ; passons donc au bilan.

Quand je suis arrivé, c’était le début du printemps : il faisait frais, le gros manteau de laine était très agréable à porter, et malgré quelques journées bien arrosées qui m’ont très vite amenées à l’achat d’un parapluie, le temps était agréable, avec pas mal de belles journées. Le chauffage est tout de même resté nécessaire : j’ai beau ne pas être très frileux, ça caillait bien dans mon appart, merci le simple vitrage, heureusement, j’avais une grosse couette à disposition ! (je l’ai toujours d’ailleurs. Ça prend beaucoup de place, dans un 25m2 à 30°C…)

Puis, après quelques belles semaines vraiment pluvieuses (de la grosse pluie continue environ un jour sur trois) vint la fin du printemps : entre la fin avril et début mai, le temps était impeccable, il a fait beau et il n’a presque pas trop plu. Très agréable !

Arrive la fin de mai, et ça a commencé à chauffer. La clim est d’ailleurs en route depuis, et le passage (express) en France début juin m’a bien permis de me rafraîchir : je commençais à frôler la surchauffe, surtout que comme on me l’avait annoncé, il faisait bien humide. Pour donner une idée, l’ambiance faisait un peu hammam, air épais, l’impression de manquer un peu d’oxygène.

Depuis, ben c’est vraiment l’été, et ça a fini de commencer… L’ambiance hammam est vraiment là, il fait vraiment chaud et vraiment  humide, et les journées de grosses averses alternent avec les journées à plus de 30°C ! Conséquence : la clim’ est en route en permanence, à la maison, dans le bus, au bureau, dans le bus, dans le magasin, dans le métro, à la maison. Au grand dam de mes voies respiratoires, qui ont bien du mal, irritées et sensibles (je n’ai jamais autant eu de rhumes…).

Côté logement, toujours grâce au simple vitrage et certainement aussi parce que je suis au dernier étage, mon appart ne garde pas le frais ; j’ai bien essayé, une fois, de couper la clim’ dans la journée, juste pour voir à combien ça montait. Résultat de l’expérience : j’ai retrouvé mon appart à 35°C, y compris tout le mobilier (table, lit, murs…), et le tout a mis deux bonnes heures à refroidir pendant que je transpirais à grosses gouttes. Intenable ! Du coup, maintenant la clim tourne à 31°C le jour et 27°C la nuit, et j’ai vraiment l’impression qu’il y fait froid par rapport au dehors.

 

Pour la suite, la météo est simple : il va continuer à faire chaud et humide jusque fin septembre, avec peut-être un élément nouveau : les typhons ! Eh oui, il y en a eu une quinzaine sur le Pacifique, dont quelques uns qui sont arrivé jusqu’aux îles principales du Japon, mais tous ont eu le bon goût de mourir lamentablement avant d’atteindre Nagoya (par contre, les îles de l’archipel d’Okinawa ont été très beaucoup arrosées, même si beaucoup moins que les Philippines). Bon, il peut y en avoir jusque fin septembre, j’y aurai peut-être droit ! Faudra pas que j’oublie mon parapluie, et peut-être même une bonne paire de bottes en caoutchouc !

Après, quand l’automne et les feuilles mortes arriveront, le temps fraîchira enfin, et dès octobre les plus hauts sommets commenceront à blanchir. C’est que là-haut, la température descend très vite, alors que Nagoya devrait rester aux alentours des 0°C, avec peut-être quelques flocons à attendre en fin d’année. Cool ! J’espère trouver un club d’énervés de ski de rando d’ici là, pour aller profiter des mètres de neige qui me sont promis ! 🙂

Et puis encore après, en janvier… ce sera une autre histoire ! 😉